Créer une culture de croissance, pas une culture obsessionnelle de performance

Voici le dilemme: Dans un environnement commercial concurrentiel, complexe et instable, les entreprises ont plus besoin que jamais de leurs employés. Mais les mêmes forces qui poussent les entreprises sont aussi celles qui épuisent les employés, qui font monter leur peur et compromettent leur capacité.

Il n’est pas étonnant que tant de dirigeants de C-Suite se concentrent sur la façon de construire des cultures plus performantes. L’ironie, nous l’avons constaté, est que la construction d’une culture axée sur la performance peut ne pas être la meilleure, la plus saine ou la façon la plus durable d’alimenter les résultats. Au lieu de cela, il peut être plus efficace de se concentrer sur la création d’une culture de croissance.

Vous avez besoin de quatre choses pour arriver à cela.

Source : Create a Growth Culture, Not a Performance-Obsessed One

Critical Clarification on Coaching

Importante clarification au sujet du coaching

Le Groupe Miles de Recherche de l’Université de Stanford  estime que 96 pour cent des chefs d’entreprise disent qu’ils veulent du coaching et des avis de leadership venant de coaches  extérieurs et de conseillers professionnels, mais moins d’un tiers d’entre eux le reçoivent (Larcker et al. 2013). Par conséquent, il semble que de coaches extrêmement bons sont plus nécessaires aujourd’hui que l’or ou le pétrole. Avant de clarifier ce qu’un coaching extraordinaire génère  réellement, faisons un zoom sur les différents types d’ «aides» disponibles.

 

La suite de l’article (en anglais) en suivant ce lien :

Critical Clarification on Coaching ‹ http://coachfederation.org/blog.

Le coaching d’entreprise en temps de crise

ImageInvestir dans le coaching en période de crise

Lorsqu’un dirigeant fait appel à un coach professionnel pour l’aider à sortir de la crise passagère que connaît son entreprise, l’argument avancé est souvent celui de dépasser une panne décisionnelle ponctuelle.

En réalité, il s’agit de bien plus que cela puisque la crise que traverse l’entreprise engendre un stress permanent et grandissant pour le dirigeant qui n’en voit pas l’issue.

Recourir aux services d’un coach professionnel lui permet d’avoir le recul nécessaire pour mieux appréhender la situation de crise et prendre les décisions adéquates.

Mais en faisant son travail, le coach professionnel décèle, parfois, les signes avant coureurs de la souffrance patronale, également appelée « burning out », dont on peut citer :

  • L’augmentation des heures du travail aux dépens de la vie familiale et ramener du travail jusqu’à chez lui, fréquemment.
  • Une croissance notable de la nervosité du dirigeant qui devient hyper irritable
  • Renfermement sur soi qui va jusqu’au cloisonnement
  • Sommeil agité
  • Fatigue constante
  • Altération de l’humeur générale vers plus d’autoritarisme envers les collaborateurs…

Le mal-être général du dirigeant en souffrance patronale est difficile à identifier car il se confond avec le stress engendré par la crise que connaît l’entreprise et paraît justifié aux yeux de l’entourage qui ne perçoit pas la détresse du dirigeant concerné.

Merci à http://www.petite-entreprise.net pour cet article

Et la carrière des patrons de PME, qui s’en occupe ?

ImageCréateur de son entreprise ou repreneur d’une activité, le patron de la PME prend-il le temps de penser à sa propre carrière, à son propre avenir ?

Le nez dans le guidon, occupé avec les tâches nombreuses et pressantes de chaque jour, il pédale fort et bien, réussi à maintenir et développer son entreprise. Voit-il encore la route au-delà de la proximité immédiate ? A-t-il encore une idée de ce qu’il espère trouver au-delà de l’horizon ? Est-ce encore le bon vélo ? Le terrain n’a-t-il pas changé ?

Au-delà de cette métaphore, quel est le danger auquel s’expose ce patron de PME s’il ne décide pas de prendre soin de lui-même et de s’assurer que son entreprise soutient encore sa vision et son rêve ?

Que se passera-t-il quand l’activité journalière ne ressemblera plus à ce qui avait été imaginé dans le premier temps de l’enthousiasme? 

Pour faire cette réflexion salutaire, pour regarder à nouveau au loin, le patron peut s’adresser à un coach qui l’aidera à se questionner sur les aspects fondamentaux de son action, sur le sens des efforts permanents et sur la finalité de l’entreprise