Le coach, un «sage» au service de votre réflexion

Two-Men-Conversing-780x520Seul face à ses responsabilités, le dirigeant peut ressentir le besoin d’être accompagné par un tiers, afin d’être épaulé dans sa réflexion et ses prises de décision. Un signe de sagesse plus que de faiblesse.

 

En tant que coach de nombreux dirigeants et cadres supérieurs, j’ai remarqué que les managers qui cherchent des «conseils» tentent juste d’éviter une conversation confrontante. Je leur rappelle alors la sagesse qui a été ancrée dans le développement de notre langue.

« Con » est en latin « avec ». « Con-fronter » est de faire face à quelque chose ensemble, d’aller de l’avant à l’unisson. Cela ne rend-il pas la confrontation plus attrayante? Attrayante ou pas, c’est une grande partie du travail de chaque manager.

« Versare » signifie « tourner » ou « changer », surtout pour ouvrir ou fermer une porte.
Au commencement de la langue, une conversation signifiait parler avec une personne pour faire un changement, ouvrir quelques portes et en fermer d’autres. C’est aussi une grande partie du management.

Pourtant, peu de personnes savent ou se souviennent comment avoir ces con-versations con-frontantes.

 

Créer une culture de croissance, pas une culture obsessionnelle de performance

Voici le dilemme: Dans un environnement commercial concurrentiel, complexe et instable, les entreprises ont plus besoin que jamais de leurs employés. Mais les mêmes forces qui poussent les entreprises sont aussi celles qui épuisent les employés, qui font monter leur peur et compromettent leur capacité.

Il n’est pas étonnant que tant de dirigeants de C-Suite se concentrent sur la façon de construire des cultures plus performantes. L’ironie, nous l’avons constaté, est que la construction d’une culture axée sur la performance peut ne pas être la meilleure, la plus saine ou la façon la plus durable d’alimenter les résultats. Au lieu de cela, il peut être plus efficace de se concentrer sur la création d’une culture de croissance.

Vous avez besoin de quatre choses pour arriver à cela.

Source : Create a Growth Culture, Not a Performance-Obsessed One

The Gift of Coaching Presence – International Coach Federation

Any coaching relationship yields the best outcomes when the client has the supreme trust in the coach and the coaching process. On the part of the coach, it’s extremely important to have an unconditional faith in the client’s intentions and abilities as well as have an open mind to explore and “flow” with the process. …read more.

Source : The Gift of Coaching Presence – International Coach Federation

De conseiller amical à coach

Conseil amicalVous êtes parmi ceux que des amis, des collègues, des partenaires viennent trouver avec une question du genre:

  • je n’arrive pas à me décider…
  • je ne sais pas quoi faire, quoi dire…
  • par où vais-je commencer?
  • j’en ai marre de ce boulot

Et très généreusement vous allez les écouter, poser des questions comme celle-ci : « Que se passe-t-il? ».

C’est après ce moment que vous jouerez le rôle qui est attendu de vous. Vous allez participer à la réflexion en apportant vos idées, vos suggestions, votre manière de répondre à la question posée. Et cela en toute bonne foi, répondant aux attentes de celui qui vient vous trouver avec sa question. Vous le savez cependant que la sagesse populaire à déjà fait un constat: « le conseilleur n’est pas le payeur ».

C’est ici que la différence va se faire avec un coach face à la même question. Je dirais même les différences.

  • le coach n’a pas une relation affective ou amicale avec celui qui vient le trouver, il établit au contraire une relation professionnelle avec celui qui devient ainsi son client.
  • le coach respecte la liberté de son client et ne juge ni la question posée, ni la personne qui la pose.
  • le coach laisse à son client la responsabilité, à la fois des réponses données à ses questions et des décisions qu’il prend.
  • par ses questions, le coach titille le client pour que sa mémoire se réveille, que sa créativité s’exprime et qu’il prenne conscience de sa capacité à trouver lui-même sa réponse à la question posée.

Donc au lieu de donner sa réponse, le coach posera des questions comme « que pourrais-tu faire? » et « que décides-tu ».

Souvent, ceux qui s’intéressent à une formation au coaching sont dans l’attitude généreuse décrite au début de cet article. Et la formation aura pour objectif de les amener à offrir une relation professionnelle qui développe chez le client  la liberté, la responsabilité, la conscience de soi et la confiance en ses capacités.

Comment vos clients fixent le prix de vos services?

Fixer le prix du coaching, au moins pour un nouveau coach, est un peu un défi. Je me souviens d’avoir écouté une télé-classe à ce sujet et d’avoir entendu dire que les coachs de vie devraient demander au moins 150€ de  l’heure. En parlant à d’autres coaches, il semble que le prix reflète l’expérience professionnelle d’un coach … en savoir plus, en lisant jusqu’au bout!.

Source : How Your Clients Can Help You Price Your Services

Programme de formation au coaching en 2018      

ICFcredentialEtre le compagnon de la vie professionnelle du coach est une des activités majeures de PRDcoaching. Pour soutenir le développement des coaches, nous organisons des formations en coaching, du mentorat, de la supervision et préparons les étudiants à la réussite de leur certification ACC ou PCC.

 

A partir du 2 février 2018

En premier lieu, le futur coach commence par « l’initiation aux bases du coaching« . L’approche pragmatique des principaux aspects du métier tel qu’il est décrit par ICF dans sa définition, les 11 compétences et le code d’éthique. Cette partie représente 42 heures de formation.

A partir du 8 septembre 2018

La seconde partie « Découverte des compétences du coach » en groupe de certification, 18 heures, est une préparation à la certification pour le coach qui a suivi « L’initiation aux bases du coaching » ou une formation non approuvée ou certifiée par ICF. Elle est complétée par 10 heures de Mentor Coaching en groupe ou seul pour satisfaire aux requis de la certification ACC ou PCC.

Les modules suivants s’adressent à ceux ayant déjà participé aux deux modules précédents ou ayant au moins 60 heures de formation spécifique au coaching et un minimum d’expérience

A partir du 28 avril 2018

La troisième partie de 43,5 heures s’adresse au coach qui veut développer ses compétences dans le domaine du coaching individuel avec un accent sur la carrière. Cette partie est à l’origine de la formation et s’appelle donc « Coach de Carrière et Carrière de Coach ». Elle peut être prise séparément. L’ambition de cette partie est d’offrir un triple résultat :
–        Développer une compétence en coaching de carrière (méthode de travail et outils) et renforcer les connaissances en coaching individuel
–        Mettre en place un plan personnel de carrière pour le coach (en étant soi-même client tout au long de l’apprentissage)
–        Développer son savoir-faire de coach (en étant le coach de votre partenaire pendant ces six jours et en recevant des observations sur votre coaching de la part des formateurs)

A partir du 20 septembre 2018

La quatrième partie développe les compétences du coach dans les organisations. Sous le nom « Coach en Entreprise et entreprise de coach » elle aborde quatre aspects :
–        La contractualisation en entreprise
–        Le coaching individuel des responsables
–        Le coaching d’équipe
–        Le coaching des organisations

Informations et contact

La combinaison de deux modules permet l’accès à la certification ACC, le programme entier mène à la certification PCC.